MO(T)SAIQUES 2

"Et vers midi
Des gens se réjouiront d'être réunis là
Qui ne se seront jamais connus et qui ne savent
Les uns des autres que ceci : qu'il faudra s'habiller
Comme pour une fête et aller dans la nuit ..."

Milosz

jeudi 4 octobre 2012

P. 187. Le carrousel est gratuit...

.

Honfleur (Ph. JEA/DR).


Mots-croisiste acharné le coucou

demanda à l’arbre dans le pré :
quel est votre nom ?
en échange je lirai votre passé
dans les génocides de votre généalogie

très combinard et trop snobinard
un parapluie phallocrate
se prenait pour un machaon
avant qu’une baleine ne l’épingle

au revers de son smoking bleu

sur l'horizon opale devenu odéon

la fanfare œcuménique du soleil
donne en la baillant belle
un concert des nations en perdition

très rares sont 

les fleuves noyant des romans
les nuages souffrant de vertiges
les fourmis rouges de honte
et les carpes verbeuses

acrobate et bateleur cet ours
marche sur des oeufs
mais ne donne son spectacle
qu'en des cirques montagneux

le carrousel est gratuit
pour les chats laissés en rade
les chiens tombés d'un lit vide
les chimères en chimiothérapie
et les chevaux qui n'iront plus au bois…


Chat broyant du noir... (Ph. JEA/DR).

Si vous n'êtes pas saturé(e), d'autres poèmes sur ce blog ? Cliquer : ICI.

.

30 commentaires:

  1. j'aime le poème - un peu déçue juste que le carrousel ne soit gratuit que pour les chats, même laissés en rade

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'était pour le règne animal
      pour les humains, le carrousel est gratuit pour toutes et tous, avec un tour supplémentaire pour les roms
      seul le facteur qui a gardé pour lui un bouquin à vous destiné, sera prié d'aller faire ses mauvais tours ailleurs...

      Supprimer
  2. Le rythme de votre poème m'a fait faire un tour, sous le regard bienveillant des chevaux de bois.

    Lu dans El País hier qu'il existe depuis peu à Madrid une librairie gratuite. Ceux qui veulent, peuvent, apportent 12€ par an et les livres n'y sont pas poussiéreux!

    Passez une journée agréable, sans tournis JEA.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. nous caressons une douce utopie : que notre coin ardennais devienne un Village du Livre
      cette idée de librairie gratuite s'y épanouirait joliment...

      Supprimer
  3. Mots-croisiste acharné le coucou
    très combinard et trop snobinard
    sur l'horizon opale devenu odéon
    très rares sont
    acrobate et bateleur cet ours
    le carrousel est gratuit

    et les chevaux qui n'iront plus au bois…
    là tu me fais un peu peur !

    Merci Jean-Emile :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. me font peur les chevaux qui ont des vapeurs...

      Supprimer
  4. Il faisait, ce matin, un temps à ne pas mettre un chat dehors, noir ou pas d'ailleurs. En revanche, j'ai croisé beaucoup de baleines en bottes de pluie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. plus tard, quand sera évoqué ce matin du 4 octobre, on répètera avec effroi que le temps dégazait comme une escadre de baleiniers pollueurs
      et que les chats virent arriver leur dernière heure...

      Supprimer
  5. J'aime beaucoup l'ironie contenue dans ce monde bouleversé...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. pour paraphraser Cioran :
      - "L'ironie n'est peut-être qu'un chagrin qui n'évolue plus..."

      Supprimer
  6. C'est parti pour un tour de manège, je tiens ma tête pour qu'elle ne tourne pas et en avant avec un orphéon comme compagnon

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. parmi les chevaux, je puis glisser l'un ou l'autre renne afin que les lapons ne se sentent pas exclus...

      Supprimer
  7. Noire la poésie, coloré le manège, inquiétant le chat.

    RépondreSupprimer
  8. Brrrrrrh... rester en bordure du carrousel et observer son manège, plutôt que d'y faire un tour ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. à titre personnel, je préfère le carrousel de Barfleur à celui d'Honfleur...

      Supprimer
    2. J'ai visité Barfleur la normande sur le net et je pense comme vous : on y respire le grand air de la pêche, vive l'horizon de la mer !

      Supprimer
    3. sans doute l'un des ports où mon appareil photo a libéré le plus d'oiseau en France (et pendant plus d'un quart de siècle), hélas blogspot m'empêche vous offrir ici l'une de ces photos où les bateaux ressemblent à des nuages et vice-versa

      Supprimer
  9. Très beau poème mais un peu triste ....
    Nous pensons bien à toi. Nous savons que tu en as à revendre.
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. comment te répondre ? en ouvrant un vendange tardive de Gewurtz ?

      Supprimer
  10. Quel beau manège! Il vous a inspiré plus de nostalgie que de fête.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Samuel Niger :
      - "Je pense qu'il vaut mieux ne pas regarder trop profondément dans la cale de notre petit bateau qui se noie depuis si longtemps que nous prenons la noyade pour de la nage..."

      Supprimer
  11. quel incroyable poème...
    modulé étroitement, accroché à des mots qui pincent
    ou peut-être qui pleurent
    le chat serait-il un grand coupable?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. le chat connaît et craint l'acharnement...

      Supprimer
  12. Les chats font souvent tourner le manège de nos vies et quand ils disparaissent,il a du mal à repartir!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. le manège tourne et le limonaire joue la chanson du chat d'Alice :
      - "Twas brillig, and the slithy toves
      Did gyre and gimble in the wabe;
      All mimsy were the borogoves,
      And the mome raths outgrabe..."

      Supprimer
  13. allez, je monte faire un tour... à mes risques et périls car ici tout est chamboulé, rien n'est à la place qu'on imagine, tourne, tourne, encore, jusqu'à l'abandon, jusqu'à la déraison...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. et c'est un carrousel au-dessus duquel volète une "floche" de laine,
      Marie, vous êtes invitée à décrocher au passage cette floche volante et fantaisiste... elle donne droit à un tour supplémentaire

      Supprimer
  14. Les chats ont de ces sensibilités qui leur permettent de calmer le jeu du Manège, même quand les crabes s'invitent au carrousel du nord...comme du sud.
    Quelques aiguilles percent entre les mots et les tourbillons.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. et puis l'humour des chats, pour qui en douterait : les Frères Jacques...

      Supprimer

Les commentaires sont modérés dans la mesure où les spams ne sont pas vraiment les bienvenus (ils ne prennent pas de vacances)