MO(T)SAIQUES 2

"Et vers midi
Des gens se réjouiront d'être réunis là
Qui ne se seront jamais connus et qui ne savent
Les uns des autres que ceci : qu'il faudra s'habiller
Comme pour une fête et aller dans la nuit ..."

Milosz

lundi 21 mai 2012

P. 146. Homme orchestre et postmoderne...

.

Pailhe (Ph. JEA/DR).

Dans le rôle d’homme orchestre
un épouvantail
pour un grand chant noir

auparavant le fleuve
était dans de beaux draps
maintenant son lit reste vide

un arbre perdant
la serrure de ses racines
en devient insomniaque

le chemin se referme
comme une main amputée
de quatre doigts au moins

la pluie a fini ses valises
elle les balance
dans le premier train revenu

les brouillons griffonnés
par les brouillards
restent illisibles

pas un pétale de soleil
seules quelques ombres orphelines
s’envolent comme des corbeaux

l’horizon à déchirer
telle une page
qui ne sera jamais écrite...

(Ph. JEA/DR).

Autres poèmes éparpillés dans ce blog ? Cliquer : ICI.


.

34 commentaires:

  1. pas un pétale de soleil
    seules quelques ombres orphelines
    s’envolent comme des corbeaux
    que oui...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. en Avignon, sont-ils plus mauves et violets que noir encre de chine comme par ici ?

      Supprimer
  2. L'image en texte, le texte en image. Merci Jean-Emile :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. la première photo en Condroz, la seconde dans les monts du Beaujolais
      mais les sentiments n'ont que faire des frontières...

      Supprimer
  3. Novembre est revenu? Beau poème, belles photos, dans a deuxième on croirrait voir un personnage entre deux nuages

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est un vignoble en pente jusqu'à la lame de rasoir de l'horizon et cet arbre plutôt rabougri (les vents sur la ligne de crête ?) avec le ciel qui lui tombe sur la tête...

      Supprimer
  4. Incroyable ballet de nuages en deuxième photo ! Il aurait fallu votre viseur de poète pour capturer le ciel d'orage qui s'est répandu hier soir au-dessus de Bruxelles (ce matin dans la brume de mai).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. hier, j'étais dans l'Aisne, un ciel en service minimum
      mais le soir venant, la rentrée en Belgique s'est effectivement accompagnée de gyrophares bleus et de camions rouges
      les paysages avaient des allures de catcheurs sortant de combats dans la boue...

      Supprimer
  5. Souvent le ciel se souvient
    alors les arbres refleurissent
    et les mains s'ouvrent
    à qui veut bien les entendre

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. vieux proverbe wallon :
      - "qui lit ce blog et pas le vôtre, se prive d'au moins la moitié du monde..."

      Supprimer
  6. Trains de pluies en départ,
    Trains de nuages en balade.
    Orages.
    Qui trouvera les clés du sommeil des arbres?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ce qui est extraordinaire avec vous, c'est que les trains relient les continents aux îles (et vice-versa ?) sans que les paysages ne soient saccagés par des ponts, des tunnels et autres outrages

      Supprimer
  7. L'épouvantail comme gardien du temps, du temps qui passe, du temps qu'il fait... toujours dehors, toujours présent !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Même Mar. Monroe l'a chanté :

      - "La vieille Dame Merle flirte avec l'épouvantail
      L'épouvantail salue la lune..."

      Supprimer
  8. Et j'aime vos images, toujours très contrastées, toujours... Comme de vives émotions!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. pour les ciels, c'est peut-être parce que je ne mets le nez dehors que lorsque les nuages maladroits renversent leurs seaux de peinture ?

      Supprimer
  9. Dans l'Aisne le soleil était au rendez-vous, il ravivait des étoiles qui ne s'éteindront jamais.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. sauf cata technique, ce seront les pages 147 et 147 bis...

      Supprimer
  10. Réponses
    1. J. Semprun :

      - "On utilise les mots comme écran pour voir le monde..."

      Supprimer
  11. Un coup de vent, et le ciel en débandade, sera nettoyé ...
    Ménage printanier dit-on
    aux fenêtres ouvertes
    sur le ciel.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. aujourd'hui les calendriers portent la date du 23 mai
      distraction, escroquerie, traduction-trahison ?
      le printemps frigorifie par son absence totale
      peut-être se prend-il pour Godot ?

      Supprimer
  12. Est-ce jeu ou nostalgie, ou un peu des deux ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est vérifier que l'on sait encore écrire avant de devoir revêtir à nouveau son habit de scaphandrier pour replonger en des mers in-hospitalières...

      Supprimer
  13. Un poème très fort qui me plaît vraiment beaucoup !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. des poèmes sont comme des îles...

      Supprimer
  14. un trés bon travail, je repasserai

    RépondreSupprimer
  15. Ah, ces corbeaux! L'épouvantail ne les fait donc pas fuir! Vos ciels sont toujours aussi fabuleux, on y reconnait tous nos songes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Première photo : le ciel était sur la Pailhe...

      Supprimer
  16. Et pourtant, sans déchirer l'horizon hanté, vous l'avez dessinée, cette page blanche et ornée d'oripeaux de surréalistes dimanches !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ah, chère Saravati, si vous ouvrez le miroir aux surréalistes, il coulera moins de plomb sous le pont de la vie...

      Supprimer
  17. Des mots qui ne vont pas bien avec le soleil d'aujourd'hui mais qui s'accordent avec d'autres strates plus enfouies...bravo, c'est très beau!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Guillaume Apollinaire :

      - "J’ai tout donné au soleil, tout, sauf mon ombre..."

      Supprimer

Les commentaires sont modérés dans la mesure où les spams ne sont pas vraiment les bienvenus (ils ne prennent pas de vacances)