MO(T)SAIQUES 2

"Et vers midi
Des gens se réjouiront d'être réunis là
Qui ne se seront jamais connus et qui ne savent
Les uns des autres que ceci : qu'il faudra s'habiller
Comme pour une fête et aller dans la nuit ..."

Milosz

mardi 2 avril 2013

P. 239. Applaudi par des corbeaux braillards...


.

(Ph. JEA.DR).

applaudi par des corbeaux braillards
un corbillard véhément déchire le vent

des souffrances sans frontières
balancent futur et passé par-dessus bord

coquelicot au coeur, j'aurais aimé franchir le cap Horn
sur ce cargo dansant le tango

la récidive se prenant pour le Barbier de Séville
diffame notre dignité au banquet de la vie

depuis sa chimio, le mont chauve
ne sort que les nuits sans étoiles

des nuages nihilistes descendent
les derniers escaliers de cendres

horodateurs pour les douleurs :
l’argent méprise aussi les pudeurs

interdits de vol, les chats interloqués
se défoulent sur des pigeons indignés

la mer est morte
de soif

les chagrins retirent leurs gants
pour changer de peau

les épouvantails sont victimes
d’histoires à dormir debout

le soleil reprendrait bien un verre
d’eau de vie virtuelle

marchands de sable pour imiter
des châteaux en Espagne

minuit buvard tombé
au fond d’un puits perplexe

neige à la verticale
pièges à l’horizontale

pourquoi un fleuve livide trouverait-il banal
de devoir garder le lit ?

telle lune porte le voile
quand elle n’est pas enceinte

tombé de son panier, le crabe se regarde
en son miroir et voit une araignée

un chancre de mer tutoie le brouillard turquoise
qui en oublie de se relever

vues de loin, les forêts
dépensent leurs blessures


Jan Garbarek et
The Hilliard Ensemble :
Extrait d'Officium


un peu de sons et de lumières pendant une mise en césure de ce blog...


.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires sont modérés dans la mesure où les spams ne sont pas vraiment les bienvenus (ils ne prennent pas de vacances)