MO(T)SAIQUES 2

"Et vers midi
Des gens se réjouiront d'être réunis là
Qui ne se seront jamais connus et qui ne savent
Les uns des autres que ceci : qu'il faudra s'habiller
Comme pour une fête et aller dans la nuit ..."

Milosz

lundi 25 février 2013

P. 227. Ceci n'est pas une mélodie en sous-sol...


.
  Reflets sur un crayon de J-P Félix (Ph. JEA/DR).

délibérément et jusqu'à leur trentre-sixième dessous
les sous-sols sont des réserves naturelles
pour celles et ceux reconnaissables
à leurs yeux en creux
à leurs mains en vain et
à leurs chevelures victimes de bavures

des ascenseurs comme des échardes
dans la paume d'une lumière artificielle
descendent à contre courant
vers des galeries sans glaces :
à chaque niveau s'étrangle un carillon
comme s'il annonçait une heure étrange
et qui serait la dernière

la suite ressemblerait à un jeu de tarots
quand des graines de pavots
troublent l'équerre et le compas
de l'anesthésie :
le patient derviche se sent encerclé
par des uniformes verts camouflant
les ongles carminés des chaircutiers
par des blouses blanches
donnant un air innocent
aux auxiliaires des bourreaux experts en tremolos
par les habits bleus de gratte-papiers
conservant dans le formol
les infinies beautés de la bureaucratie
tout un carnaval avec ses hiboux géants
ses bouts de choux
ses (é)poux éplorés
ses cailloux écaillés
ses bijoux biodégradables
tous ces feux et ces artifices
en ces lieux privés de cieux

en haut, par ailleurs
remuent ménages et méninges
se labyrinthent allées et (a)venues
s'impassent des jardins en terrasses
se ravagent des feuilles à la pelle
et des oripeaux de chevaux remplacent
les vaches aux yeux vitreux
pour regarder passer les trains
qui sifflent trois fois la fin de la partie

...

ancien forain devenu forçat sans forces
mais pas pour autant inscrit aux abandonnés absents
il me reste encore assez d'encre indélébile
pour écrire sans machine
que je l'aime



.

30 commentaires:

  1. Très très beau ; éloquent, émouvant, sans équivalent.

    RépondreSupprimer
  2. oh la belle image !
    oh le bon texte ! bel accueil pour le matin

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. crayon : l'homme qui parlait à l'oreille d'une corneille...

      Supprimer
  3. un bon souvenir ce dessin...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. trois générations déjà pour l'apprécier...

      Supprimer
  4. Etonnant et beau dessin - une histoire.
    Commenter ces sous-sols, non, y marcher doucement dans votre lumière d'encre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Philippe Héraclès :
      - "On peut s'éteindre sans avoir été une lumière..."

      Supprimer
  5. Et la fin ( du poème) consommée, repartir avec la force intra-veineuse communiquée à la lectrice, humble spectatrice.
    Force des images (toutes), des parenthèses bien accrochées,des mots ciselés font le livre de chevet de l'émotion.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. et même parcourant (parfois même sur le dos) ces sous-sols : des pèlerins, comme chez vous...

      Supprimer
  6. Moment de méditation : un poème d'images fortes et acérées, lourdes de notre inhumanité, apposé à une musique céleste. De quel côté sont les hommes ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aragon :
      - "Le ciel était gris de nuages
      Il y volait des oies sauvages
      Qui criaient la mort au passage
      Au-dessus des maisons des quais
      Je les voyais par la fenêtre
      Leur chant triste entrait dans mon être
      Et je croyais y reconnaître
      Du Rainer Maria Rilke.
      Est-ce ainsi que les hommes vivent ???"

      Supprimer
    2. Merci pour ce poème.

      Supprimer
    3. dans la version de Philippe Léotard :

      http://www.youtube.com/watch?v=wnr50u9qwSU

      Supprimer
  7. Fort, beau et comme une porte vers la réflexion et la méditation...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. retour à la case 21 de ce blog :
      http://motsaiques2.blogspot.be/2011/03/p-21-porte-porte.html

      Supprimer
  8. Ah, cet encrier posé délicatement, le sang de la vie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ça ne s'invente pas, pendant la dernière plongée : "Al Santo Sepolcro" de Vivaldi dans la version de l'Akademie für Alte Musik Berlin...

      Supprimer
  9. Réponses
    1. Fugain :
      - "Pour mes amis
      ...
      On me demandait pas mon avis
      Et puis j'ai été deux
      J'ai été trois et c'est drôle
      J'ai plus jamais eu froid
      Alors pour ça je veux vous dire merci
      Et tant pis si ça vous fait sourire."

      Supprimer
  10. Douceur de la musique, mots forts et beaux, image surprenante; des œuvres si humaines.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A propos de ces Variations Goldberg, Viet-Linh Nguyen :
      - "L'interprétation est évanescente, fragile, désespérée, intemporelle..."

      Supprimer
  11. C'est étrange, je viens à l'instant de lire, un texte sur la rencontre Gould / Menuhin qui a donné naissance à une pièce actuellement à l'affiche interprétée par Charles Berling et Ami Flammer.
    Pour accompagner également votre magnifique poème
    http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=Uz2TnU5dJSs#!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Zoë
      nous ne cessons de le déplorer mais blogger refuse obstinément des liens directs dans les commentaires
      après bien des cafouillages, car je tenais à vous remercier, les hasards et les nécessités de mon obstination (traduction : mon mauvais caractère un rien ardennais sur les bords de la Meuse) aboutissent aux retrouvailles de Gould et de Menuhin sous l'égide de Bach, et ce, au-dessus de la colonne droite de ce blog
      encore toute ma gratitude

      Supprimer
  12. Un peu de sérénité apportée par Gould après le trouble dans lequel le magnifique poème m'a plongée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. sous les doigts de Gould, chaque note comme une partition entière...

      Supprimer
  13. tes mots sont beaux et forts, cher JEA
    mais Gould, ce fabuleux pianiste qui musait la musique en même temps qu'il jouait...
    C'est un beau moment, merci!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A chaque chantier en sous-sol correspond un nouveau (et volumineux, c'est indispensable) bouquin : en ce moment, Semprun :
      - "On utilise les mots comme écran pour voir le monde..."

      Supprimer

Les commentaires sont modérés dans la mesure où les spams ne sont pas vraiment les bienvenus (ils ne prennent pas de vacances)